C’est peu dire que les cubains sont cinéphiles.

Faute de voyager, ils accèdent au monde entier grâce au cinéma.

 

En 1910, il existait déjà 200 salles de cinéma sur l’île.

 

En 1943, à l’occasion d’un concours de cinéma amateur le nom de Tomás Gutiérrez Alea (Fresa y chocolate) apparaît dans la réalisation d’un court métrage.

 

1959,  année de cinéma, sortent sur les écrans français et étrangers :

  • "A bout de souffle" de Jean-Luc Godard,
  • "Ben Hur" de William Wyler,
  • "Certains l’aiment chaud" de Billy Wilder,
  • "Les 400 coups" de François Truffaut ,
  • "Hiroshima, mon amour" d’Alain Resnais
  • "La mort aux trousses" d’Alfred Hitchcock…

A Cuba, l’une des premières institutions révolutionnaires mises en place est, dès le mois de mars, l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographiques (ICAIC), avec deux objectifs : que le cinéma soit considéré comme un art et qu’il contribue à diffuser le message révolutionnaire.

Le cinéma existait bel et bien avant la Révolution, mais la mise en place de l’ICAIC a été un signe fort, une affirmation de l’importance accordée à ce média. Le produit de l’ICAIC est un cinéma complet : tous les genres y ont été pratiqués, documentaires, fictions, courts métrages, et dessins animés.

 

1961 : suite au blocus imposé par les Etats Unis, l’ICAIC prend le contrôle total de la distribution et de l’exploitation (594 salles).

 

1985 : création de la "Fundación del Nuevo Cine Latinoamericano" sous l’impulsion de l’écrivain Gabriel García Márquez, Prix Nobel de Littérature ; cette Fondation donnera naissance à l’Ecole Internationale de Cinéma et de TV de San Antonio de los Baños.

Cette école, très renommée, et dont les enseignants sont des professionnels, venus de divers pays, accueille des étudiants de tous horizons.

Création également de la revue "Cine cubano" , d’une cinémathèque et de la salle "Cine Chaplin" dont la programmation est de grande qualité.

A la Havane se tiennent chaque année de très nombreuses manifestations cinématographiques : Festival du Film Français de Cuba, Festival Internacional del Nuevo Cine Latinoamericano, un Festival du Documentaire …

 

Tomás Gutiérrez Alea, Juan Carlos Tabío et Jorge Perrugorría pendant le tournage de "Fresa y chocolate"
Tomás Gutiérrez Alea, Juan Carlos Tabío et Jorge Perrugorría pendant le tournage de "Fresa y chocolate"
A La Havane, le centre culturel "Fresa y chocolate"
A La Havane, le centre culturel "Fresa y chocolate"

Films présentés par ordre alphabétique

CANDELARIA

 

Colombie, Cuba - 2017- 1h29

 

COMÉDIE TENDRE ET SENSIBLE de Johnny Hendrix Hinestroza

Avec Verónica Lynn, Alden Knight, Philippe Hochmair…  

 

La Havane, années 90. Candelaria et Victor Hugo, 150 ans à eux deux, vivent de bric et de broc jusqu’au jour où Candelaria rentre à la maison avec une petite trouvaille qui pourrait bien raviver la passion de leur jeunesse…

Johnny Hendrix Hinestroza pose un regard touchant et malicieux sur un couple de seniors vivant une histoire d’amour tout à la fois espiègle et bouleversante dans le Cuba de la «période spéciale».

 Prix du meilleur film à la Mostra de Venise en 2017

CHICO Y RITA          (Chico et Rita)

 

Espagne - 2011 - 1h34

 

FILM D’ANIMATION MUSICAL de Fernando  Trueba et Javier Mariscal

Avec Estrella Morante, Bebo Valdés, Idania Valdés…

 

Cuba, 1948. Chico, jeune pianiste talentueux, joue, dans les cabarets pour touristes, les derniers airs de jazz venus des Etats Unis. De son côté, la belle et sauvage Rita essaie de gagner sa vie en chantant. Des bordels de la Havane aux clubs de New York, la musique va les entraîner dans une histoire d’amour passionnée, à la poursuite de leurs rêves et de leur destinée. 

Un graphisme de toute beauté, un hommage à Bebo Valdés, auteur de la superbe bande son, un régal !

Prix  au Festival du film d’animation d’Annecy 2011

Prix Goya du Film d’animation 2011 

FRESA Y CHOCOLATE          (Fraise et chocolat)

Version restaurée - Film patrimoine

 

Cuba - 1994 - 1h 51

  

COMÉDIE DRAMATIQUE de Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío

 

 

Cuba en 1979. A La Havane, l’improbable rencontre entre David, jeune étudiant, castriste convaincu, et Diego, homosexuel , artiste et cultivé. 

Véritable phénomène à Cuba, un portrait amer et subtile, un hymne à la vie, à la tolérance et à la réconciliation.

 Ours d’argent à la Berlinale 1994

Festival du film de Sundance 1995 : Prix spécial du jury

Prix Goya du meilleur film étranger en langue espagnole 1995

SERGIO et SERGEI                           Avant-Première           Film d'ouverture

 

Cuba - U.S.A.- 2019 - 1h33

 

COMÉDIE DRAMATIQUE de Ernesto Daranas

(le réalisateur  de CONDUCTA - Chala, une enfance cubaine)

Avec Tomás Cao, HéctorNoas, Ron Perlman…

 

Cuba 1991 : l’URSS se disloque et Cuba s’enfonce dans une grande crise économique. Sergio, radioamateur cubain et professeur de philosophie marxiste entre en contact par hasard avec Sergeï Krikalev, dernier cosmonaute soviétique, oublié de tous dans la station Mir tombée en panne. Un américain entrera  dans le jeu…

Dans la tradition de la comédie cubaine, humour, dérision et émotion.

L’amitié au-delà des frontières idéologiques.

Prix du Public au Festival de la Havane en 2017

ULTIMOS DÍAS EN LA HABANA                             Inédit en France

 

Cuba - 2017 - 1h33

 

DRAME de Fernando Pérez

Avec Jorge Martínez, Patricia Wood, Yailena Sierra

 

Au cœur de La Havane d’aujourd’hui, Miguel rêve de fuir à New-York et attend un visa qui n’arrive jamais. Diego, malade du SIDA,  rêve de vivre. Diego est positif, lumineux. Miguel est négatif, sombre, replié sur lui-même. Diego et Miguel sont comme le jour et la nuit. Mais entre eux deux, une amitié contradictoire et indestructible existe.

Prix du Public  au festival de Biarritz 2017